Annuaire association

Supprimer toutes les publicités avec l'asso-pack + ?

Commander !

Cotizasso, gérer les cotisations de vos adhérents

Louis Jampton, le boxeur calaisien oublié

[HISTOIRE]
Louis Jampton, le boxeur calaisien oublié

14/02/2015

Nord Littoral



Souvenir

Alors que la jeune boxeuse calaisienne Cassandra Crèvecoeur, entraînée par le champion de renom international Thierry Jacob lui aussi originaire de Calais, joue ce soir en finale du championnat de France séniors femmes de Pontarlier (Doubs), ressucitons le souvenir d'un de leurs confrères oublié, lui aussi natif de la cité des Six Bourgeois, et qui a multiplié les exploits sportifs pendant la période de l'entre-deux-guerres : Louis Caffier, alias Louis Jampton.


 

 

 

 

Louis Caffier naît en 1909, dans le quartier des Cailloux. Avec son frère aîné de dix-huit mois, Henri, il pratique tout jeune la gymnastique. A l'âge de douze ans, Louis décide de se consacrer presque entièrement à la boxe, alors que Louis commence à se spécialiser dans la lutte et la course à pied. Après l'école, les deux adolescents s'entraînent à la salle Lizé, rue du Moulin-Brûlé. Louis reçoit la bénédiction de son oncle, tandis que son père n'apprécie guère de le voir jouer des poings.

 

 

Louis Jampton en 1931 (photos Calais Photos Nostalgie)

 

FORT ENRACINEMENT CALAISIEN

 

C'est la raison pour laquelle Louis Caffier prend un pseudonyme pour livrer ses premiers combats. Celui qu'il choisit a une consonance très britannique : Jampton. Il lui a peut-être été inspiré par le directeur de la société américaine Stern and Stern, sise boulevard Gambetta, pour laquelle il travaille : en effet, ce directeur est aussi président du club de boxe local. Son premier duel sur le ring, en date de 1925, l'oppose à un autre « local » originaire du Fort-Nieulay nommé Plouvin, et se solde par un match nul.

A partir de l'année suivante, fort de ses succès répétés dans les salles du Pas-de-Calais face à des adversaires ayant pour nom Pierre Chevalier, Henri Le Brizec, Abel Dussart, Louis Jampton vise le titre de champion de France. Il faut lever les dernières réticences de son père pour qu'il puisse enfin mener sa carrière à plein. En 1927, Jampton obtient six victoires lors de sept combats en championnat.

En 1930, il commence à se produire dans des salles de la capitale comme le Central ou Wagram, sous la férule d'un entraîneur parisien, Gaston Charles-Raymond. Il sert de challenger face à des champions de France ou des champions étrangers, mais il laisse passer de nombreuses opportunités en refusant de quitter les couleurs de son club calaisien. On parle pourtant de plus en plus de Jampton qui réussit à battre Edmond Baquet, Jean André et René le Cam. Il remporte même un match par K.O. contre Lucien Girard.

Menant une vie où la consommation d'alcool et de tabac est totalement proscrite, il poursuit son entraînement pendant son service militaire effectué à Cherbourg. Il continue de participer à des combats mais qui sont cette fois organisés entre les différents corps d'armée. C'est ainsi qu'il remporte à Brest, en 1931, le titre envié de champion de France de la Marine dans la catégorie poids welter contre Victor Forbes. En 1932, iI bat une série d'ex-champions de France dont Louis Kessler.

 

FACE À CERDAN

 

En capacité d'obtenir une reconnaissance au plan national, Louis Jampton persiste cependant à vouloir rester enraciné à Calais, d'autant plus que son épouse y élève leur petite fille. Ce choix n'est pas sans avoir un impact négatif sur sa carrière, qui connaît un relatif déclin, notamment en raison d'un fâcheux incident survenu lors d'une rencontre contre le Danois Einar Agerholm à Copenhague, le 9 juin 1933 : le gant de son adversaire étant mal attaché, le Calaisien est blessé à l'œil par le lacet et doit déclarer forfait.

S'ensuivent dix-huit mois d'arrêt correspondant à la durée des soins. Le champion prend du poids pendant cet intervalle de temps à l'issue duquel les défis sportifs qu'il relève montrent que s'il a conservé une belle énergie, ses prestations sur le ring ont néanmoins perdu de leur éclat. C'est alors qu'on lui propose de se mesurer salle Wagram à un nouveau venu qui a déjà remporté un titre en Afrique du Nord.

Ce débutant n'est autre que Marcel Cerdan. 10 000 francs sont en jeu. Jampton, qui pèse 72 kg, prend des bains de vapeur pendant une semaine entière pour pouvoir se présenter avec un poids de 68 kg. Au terme d'un beau match au cours duquel Cerdan passe deux fois dans les cordes, le Calaisien, qui a pourtant dominé lors des premiers rounds, est battu aux points. Un an après, Jampton met un terme à sa carrière sportive.

 

De gauche à droite

l'épouse, la fille et la mère de Louis Caffier devant sa tombe provisoire devant la citadelle

 

Cerdan devant la tombe de Louis Caffier au cimetière Sud en avril 1948

 

 

ABATTU PAR LES ALLEMANDS

 

Il a trente ans quand il est mobilisé au début de la Deuxième Guerre mondiale. Incorporé dans la garnison de la Citadelle de Calais qui refuse obstinément de se rendre face à l'ennemi, il est abattu en compagnie de trois de ses camarades soldats par les Allemands lorsque ces derniers parviennent à s'emparer de la place. Nous sommes le 26 mai 1940. Les quatre hommes sont enterrés sur place.

Le corps de Louis Caffier Jampton est ensuite exhumé pour être transféré au cimetière sud. C'est là qu'en 1948 viendront se recueillir Marcel Cerdan et une vingtaine d'autres boxeurs médaillés. Aujourd'hui, sur sa pierre tombale, rien ne rappelle le parcours sportif hors du commun du champion, auquel le Musée Mémoire de Calais a néanmoins rendu hommage en attribuant son nom à l'une de ses salles d'exposition.

 

MAGALI DOMAIN


Cassandra Crèvecoeur sur les traces de Jampton

 

  

                     A la Citadelle de Calais                                 Dans la salle Louis Jampton au Musée Mémoire de Calais

 

A l’initiative de l’association Calais Photo Nostalgie, la jeune boxeuse calaisienne Cassandra Crèvecoeur s’est récemment recueillie sur le lieu de la première sépulture de Jampton, où ne se dresse aucun mémorial. La cité des Six Bourgeois semble décidément fertile en héros du ring mais gagnerait à cultiver davantage leur souvenir.

Devant la tombe de Louis Caffier "Jampton"


 

 

Notre association

Vidéos

Calais d'autrefois

Histoire du mois

Résistants, Fusillés et Déportés

La presse en parle

Liens

Calendrier

« Octobre 2018 »
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031