Annuaire association

Supprimer toutes les publicités avec l'asso-pack + ?

Commander !

Cotizasso, gérer les cotisations de vos adhérents

L'histoire d'un poilu exhumée d'une malle : Edmond Pruvot

1 MÉMOIRE article du Nord Littoral du 8 juin 2014

Edmond Pruvot :

l'histoire d'un poilu exhumée d'une malle

Le 8 avril 1957 mourait un ancien Poilu de la Grande Guerre.


Sur son avis de décès était noté: « Edmond Pruvot, ancien combattant 1914-1918,

Croix de guerre, officier du Mérite social, président de la Société mutualiste

" La Communale" et trésorier de la Fédération mutualiste du Pas-de-Calais, époux de

Marie Gillion »

Dans une cantine précieusement conservée au grenier par sa femme

(née Marie Gillion) ses deux petites-filles, Edmonde et Chantal, ont retrouvé des

documents: un cahier d'écolier entièrement écrit à la plume par leur grand-père, des

diplômes de mise à l'honneur pour faits de guerre ainsi que des récompenses

honorifiques de la mutualité, son livret militaire et quelques photos.

Une trouvaille émouvante, qu'elles ont souhaité partager avec le Calaisien René Ruet,

président de l'association Calais photos nostalgie, féru d'histoire locale.

 

Edmond Pruvot (au centre), Poilu calaisien, a laissé nombre de ses souvenirs à sa famille dans une malle,

au grenier

 

Sur les traces de l'histoire


Edmond Pruvot a eu la chance de revenir vivant de cette apocalypse, où un grand

nombre de ses frères d'armes ont laissé la vie. «  Mais les éléments cités ci-dessus ne

sont pas négligeables et m'ont incité à m'inresser à cet homme »,

explique René Ruet.

Il s'inresse d'abord à une photo de groupe «  envoyée à sa femme le 27 mai 1917 ...

on peut y découvrir qu'il appartenait au 83e RALT dont le dépôt se trouvait à Créteil

(Seine) et qu'il était en fonction depuis le 1er octobre 1915. Ce régiment deviendra

le 289e au dédoublement des régiments 81 à 90 » , s'est renseigné René Ruet.

Il s'est intéressé ensuite au cahier dcolier du soldat.

A la plume, Edmond Pruvot a retracé l'historique de son régiment, le 289e régiment

d'artillerie lourde à tracteurs.

Ce régiment a participé à de nombreuses batailles dans la région de Verdun, on le

retrouve d'ailleurs sur "Le Livre d'or des soldats de Verdun" sous le numéro D ll.813.

Autre détail de l'histoire, René Ruet découvre, inscrit sur le livret militaire du soldat,

qu'il a été blessé au genou et rapatrle 31 août 1918 par train sanitaire.

Edmond Pruvot a eu également son petit moment de gloire, inscrit sur la citation à

l'ordre du régiment:

 

«  Le Lieutenant Colonel Bedel commandant le 289e Régiment d'Artillerie Lourde,

cité à l'ordre du Régiment, le 2e C.S à la 5e Bie Pruvot Edmond... 

Motif de la citation: pointeur à une pièce, a assuré son service sous le feu de

l'ennemi jusqu'au moment où il a été blessé. A continué à donner l'exemple à ses

camarades par son calme et son sang-froid. »

 

  

 

 

 

 

Au sortir de la Grande Guerre Edmond va reprendre son travail dans la dentelle

comme perceur de cartons.

Parallèlement, il va s'investir au sein de la société de secours mutuels de Calais où il

obtiendra plusieurs citations honorifiques, notamment, le 26 juillet 1928 en tant

qu'administrateur, le ler août 1934 en tant que vice-président et le 24 mars 1947

comme président.

 

 

Pendant ces années, Edmond Pruvot a fondé une famille et c'est sans doute avec une

grande appréhension qu'il a vécu les nombreux bombardements de la Seconde Guerre.

« Septembre et octobre 40 ont été une période où Calais a subi de nombreux

bombordements anglais, raconte René Ruet; le premier a eu lieu le 10 septembre car

le port était vi, ils voulaient empêcher un éventuel débarquement allemand chez

eux. »

 

Un mauvais pressentiment

 

« Edmond Pruvot avait un mauvais pressentiment pour sa belle-fille et sa petite-fille

Edmonde qui avait tout juste un an ... elles habitaient 38 rue Littré, pas loin du bassin

Carnot, et de surcrt elles étaient seules, le fils d'Edmond était au front. »

Il prend la décision de les mettre en sécurité, au 36 rue Ampère, chez lui.

Sa crainte n'était pas vaine, puisqu« le 26 septembre un déluge de feu s'abat sur

cette rue ; la maison en face de chez eux, à quelques mètres, au 37, est pulvérisée! »

De cette demeure l'on sortira six personnes, dont cinq ont été tuées sur le coup; une

jeune fille décédera à l'hôpital d'une septicémie.

La maison des Pruvot est très endommagée mais la famille ne déplore aucune victime

grâce à cette intuition.

René Ruet a retrouvé, dans les 571 fiches de renseignements des victimes civiles de

Calais qu'il a patiemment photographiées aux archives de la mairie, celles qui

correspondent à ces martyrs :

 

Elisa Van Rillaert née Goubelle, 42 ans,


Maurice Van Rillaert, 44 ans, Elise

 

Van Rillaert, 19 ans, René Van


Rillaert 15 ans et Jeanne Van


Rillaert, 11 ans.

 

Tous sont décédés le 26 septembre 40.

 

Marie Van Rillaert, 21 ans, est cédée le 16 octobre à l'hôpital.

 

Seul un garçon de cette famille de sept personnes aura survécu: Maurice, en partance

pour le front. Une permission exceptionnelle lui sera accordée pour venir mettre en

terre les siens!

 

 

Une carrière de dévouement

Edmond Pruvot a été président des secours mutuels

 

 

 

Edmond Pruvot est décédé le 8 avril 1957. Dans Nord Littoral, il est écrit :  « Dès

10h15, hier matin à la maison mortuaire 85 rue des Prairies avait lieu la réunion

... on notait une nombreuse assistance au sein de laquelle nous avons reconnu

les représentants de la ville de Calais, le Capitaine Douchel, des pompiers;

M. Dec/ercq, directeur du Casino; M. Edmond Wissocq, Président de la Fédération

Mutualiste du Pas-de-Calais; MM. Maurice Bougard, Chatillon, Edward,

Mme Louvet. MM néchal Emile Génin, bref tous les représentants de la Mutualité,

sans oublier les nombreux amis. L'Union Mutuelle avoit délégué son drapeau.

 

En outre, la plupart des sociétés mutualistes avaient dépéché une délégation.

L'inhumation eu lieu au Cimetière Sud dons le caveau defamille.

 

Notons que M. Edmond Wissocq prononça une allocution dans laquelle il évoqua la longue carrière de dévouement du disparu. »

 


 

Un appel aux familles

 

La prochaine exposition de René Ruet aura pour thème les 571 victimes civiles des

bombardements calaisiens. Chacune de ces victimes est répertoriée sur une fiche de

renseignements ; l'ensemble est stocké aux archives de la mairie; l'historien a d'ores et

déjà photographié patiemment toutes ces fiches. Elles ont été renommées, retouchées

et sont prêtes à être imprimées.

 

Mais pour compléter ce travail, l'historien aimerait mettre une photo

sur chacun de ces noms.


Il lance donc un appel aux familles pour récupérer le maximum de clichés, qui bien sûr,

seront restitués dès leur reproduction effectuée.

 

Si vous êtes en possession d'une de ces photos, contacter


René Ruet au : 03.21.19.30.57/06.27.16.56.62

ruet.rene@neuf.fr

www.calaisphotosnostalgie.com


 

Notre association

Vidéos

Calais d'autrefois

Histoire du mois

Résistants, Fusillés et Déportés

La presse en parle

Liens

Calendrier

« Octobre 2018 »
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031