Ernest Lannoy

Un patriote calaisien est fusillé : Ernest Lannoy

 

Le journal local, le “Phare de Calais” publie dans la première page de son édition du 20 juin 1944, l’avis suivant :

OBERFELDKOMMANDANTUR (V) 670

Der Oberfeldkommandant

Le conseil de guerre a condamné les ressortissants français :

  1. Dejong Victor, de Douvrin

  2. Laignel Jules, de Haisnes

  3. Lannoy Ernest, de Calais

  4. Taillez Baptiste, de Noyelles-sous-Lens

  5. Croquellois André, de Pont-de-Briques

  6. Dhenin Voltaire, de Beuvry et le ressortissant belge

  7. Istas Roger, de La Buissière

à la peine de mort pour avoir commis des actes de sabotage, favorisé des machinations bolchéviques, fait de l’espionnage et détenu des armes de guerre.

Les condamnés ont été passés par les armes.

Lannoy était membre actif d’un mouvement de résistance. Lors de son arrestation, il était en possession d’un pistolet automatique, d’un mousqueton ainsi que de munitions.

 

Il est à noter que les allemands font figurer après l’en-tête Oberfeldkommandantur l’initiale V entre parenthèse. C’est leur réplique au V de la victoire des alliés, dicté par la B.B.C., qu’ils ont transformé à leur profit en initiale de Viktoria.

Ernest Lannoy est né le 25 janvier 1903, fils d’Ernest Lannoy, tulliste et de Hortense Thomas, qui étaient domiciliés 6, rue de Valenciennes. Il dut quitter Calais quelques temps avant la guerre. Il était domicilié à Petite-Synthe en juin 1942.

D’après certaines sources (Zone Interdite de Jean-Marie Fossier) il aurait été arrêté le 23 septembre 1943 en même temps que quatre autres patriotes. Lannoy était devenu responsable de la propagande et des questions militaires (ramassage d’armes) pour l’organisation communiste Front National, dans la région de Dunkerque. Les cinq hommes furent arrêtés sur dénonciation (le traître a été fusillé le lendemain de la Libération) par des policiers allemands.

L’épouse d’Ernest lanny a confié à Jean-marie Fossier : “Mon mari fut incarcéré 7 mois à la prison de Loos et condamné à mort après avoir été abominablement torturé. Il était méconnaissable par toutes les souffrance endurées. Je suis restée seule avec mes deux enfants, une fille de treize ans et un fils de 8 ans que j’ai élevés dans le respect et à la mémoire de leur père.”

Il fût exécuté le 29 mars 1944 au fort de Bondues.

L’avis de l’Oberfeldkommandantur ne fut publié dans la presse que trois mois plus tard.

Une rue de petite-Synthe porte son nom mais rien à Calais. Soldat sans uniforme de 41 ans Ernest Lannoy mérite d'être mieux connus des Calaisiens.

 

 

Réagir


  • CAPTCHA

Notre association

Vidéos

Calais d'autrefois

Histoire du mois

Résistants, Fusillés et Déportés

La presse en parle

Liens

Galerie photos (247)

Livre d'or

  • Dernier message :

  • felicitations pour toutes vos expos qui sont toutes magifiques mes amitiés depuis le bas de la France pascal ps à quand une rue,une place ou un giratoire GEORGES ALLO à CALAIS ??? j'ai écrit au...

    par pascal cape
  • Aller sur le livre d'or →

Calendrier

« Mai 2018 »
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031