La splendeur de l'oeuvre de Robert Bonfil

 

 

La splendeur de l’œuvre de Robert Bonfil

Magali Domain

 

Deux panneaux en pierre de lave évoquent le passé historique de notre ville à la gare de Calais.

 

"L'équipe de la gare de Calais-Ville est fière de posséder ces oeuvres" nous dit Gaëtan.


L’équipe de la gare de Calais est fière de posséder ces œuvres Il faut bien les chercher, tant ils sont peu visibles dans les locaux de la gare de Calais-Ville. « Pour nous, personnel de la gare de Calais-Ville, cette céramique est très importante, elle est une part de l’identité du lieu et nous y tenons beaucoup » déclare Gaëtan, qui travaille à la SNCF mais
qui est aussi secrétaire de l’association Calais Photos Nostalgie, très attachée au patrimoine. En effet, quoi, en théorie, de plus impersonnel qu’une gare ? Elles sont pourtant toutes l’œuvre d’architectes distincts. Sydney Dunnett avait conçu la première gare qui se trouvait à la jonction de la partie Saint-Pierre et de la partie nord de Calais. Détruite durant la Seconde Guerre mondiale, un nouvel édifice, à l’allure très moderne, est inauguré en septembre 1964 par Georges Pompidou. Le Premier ministre honore la ville d’une visite pour célébrer les vingt ans de sa libération. Il constate à quel point Calais, deux décennies après la fin du conflit, baigne encore dans une ambiance de reconstruction.

 


Reconstruire en se souvenant du passé


En effet, il s’agit pour Calais non seulement de continuer de se relever totalement de ses ruines, mais aussi de recouvrer la fierté propre à une cité au riche passé, qui souhaite effacer des mémoires les années d’occupation allemande.

C’est dans cette perspective que la SNCF, faisant œuvre de mécène, engage un artiste pour embellir l’intérieur de la gare de Calais-Ville : le but est d’allier une esthétique moderne à un hommage à l’Histoire et au patrimoine.
C’est un certain Robert Bonfil qui est sélectionné pour créer une magnifique double fresque murale en lave émaillée, dansante et colorée, qui continue d’émerveiller Gaëtan et ses collègues de travail. Lors des travaux qui ont marqué la rénovation de la gare en 2013, les responsables de la SNCF ont pris bien soin de préserver l’intégrité de l’œuvre, laquelle, pour diverses raisons, ne pouvait pas être déplacée.
Certes, les grandes baies vitrées qui ont été mises en place lors du réaménagement de l’espace de vente des billets n’ont pas abîmé les fresques, mais elles les ont rendues beaucoup moins visibles à l’usager attendant son tour. Difficile en effet d’admirer la totalité des deux images, voire de décrypter leur signification sans se tordre le cou ou s’attarder plus que de raison au guichet. En 1964, les panneaux ornaient la salle d’attente de la gare. Un kaléidoscope historique souhaitant restituer à l’œuvre tout son intérêt, un long travail de photographie de précision puis de montage numérique a été mené par Stéphane Pâques, de l’association Calais Photos Nostalgie. Le résultat : des images d’une qualité parfaite (voir encadré) témoignant de la complexité et de la beauté des deux panneaux, lesquels mériteraient d’être utilisés par les enseignants calaisiens soucieux de faire découvrir à leurs élèves les richesses historiques et patrimoniales de la cité des Six Bourgeois.


Le dessin de Bonfil trace d’amples lignes courbes contribuant à dynamiser la composition et à faire gicler les couleurs. Les représentations sont très concrètes : éléments évoquant l’activité portuaire ou l’industrie de la dentelle mécanique, blason de Calais entouré de la mention des quatre points cardinaux sur fond de carte géographique représentant les côtes de France et d’Angleterre… mais tout semble en mouvement, comme en train de joyeusement s’entrechoquer. Chaque oeuvre est constituée de la juxtaposition de vingt-quatre panneaux émaillés en pierre de lave sciée provenant du Massif Central. Cette matière, du fait de sa dureté, de sa résistance à la rupture par flexion (100kg/cm²) et de sa résistance au chocs thermiques (faible dilatation), se prête parfaitement à l’émaillage de grand feu (1 000 degrés)… Les années n’ont pas de prise sur elle et il est vrai que depuis 53 ans, l’oeuvre n’a pas bougé. Sur un tel support, l’émaillage est certes délicat au moment du passage au four. Mais son utilisation apporte une forte authenticité à l’œuvre et lui confère un caractère de « relief sculpté » bien dans l’esprit de la décoration murale que pratiquait Robert Bonfil.

Ce dernier, en tant que céramiste, souhaitait rivaliser avec la nature, sa principale source d’inspiration. Couleurs mais surtout matières sont ses passions.
« Je recherche le velouté d’un pétale, l’épiderme d’une pulpe de fruit, la chair d’un légume, la rugosité d’une écorce ou la texture d’un beau caillou, disait-il . Certains émaux, après maintes cuissons, ont la douceur de la cire, la matité et le gras de l’émail unis à une diaphanéité et une profondeur de ton qui réjouit les yeux ». Plaisir sensuel du toucher et contentement de l’esprit : deux moteurs de la création d’un artiste qui a, à son tour, enrichi le patrimoine calaisien.

 



Qui était Robert Bonfil ?

 

L’artiste Robert Bonfil dans son atelier Difficile de trouver des informations sur Robert Bonfil, qui a signé la fresque céramique de la gare de Calais-Ville. Un presque homonyme et contemporain – le relieur Robert Bonfils – brouille les
pistes. C’est le fils de l’artiste, François Bonnefille, travaillant aussi à la SNCF, qui nous en dit plus. Son père, de son vrai nom Robert Bonnefille, est né en 1914. Diplômé de l’école Boulle, sa spécialité est d’abord la gravure en taille douce. Il travaille ensuite chez Raymond Subes, ferronnier d’art, mais aussi pour le joaillier Fontana : au sein de ces ateliers, il dessine avec bonheur des pièces uniques. Il essaye ensuite de se mettre à son compte et crée des boutons émaillés pleins d’originalité, utilisés en haute couture, boutons aujourd’hui très recherchés dans les ventes aux enchères; il décore aussi de la vaisselle pour des particuliers ou pour la marque Primavera ; il produit également des lampes, vases, objets publicitaires et autres objets décoratifs par centaines, mais de manière artisanale. Plusieurs de ses panneaux en carreaux de faïence et en lave émaillée ornent des gares, comme celles de Dax, Hendaye, Orléans et Paris-Austerlitz. Il décède en 1990, à Maisons-Alfort. Aucune monographie n’est encore consacrée à cet artiste touche-à-tout, sans doute trop modeste, qui a pourtant créé avec amour des formes et des couleurs égayant bien des intérieurs et des espaces publics.

 


 

 


La fresque comme vous ne la voyez plus

Photos : Gaëtan Ruet, Montage photo : Stéphane Pâcques

Photos : Gaëtan Ruet, Montage photo : Stéphane Pâcques


Un jeu d’observation : où se trouve le tracé de la côte du Nord de la France Grâce à un minutieux montage photographique réalisé par Stéphane Pâques, travaillant bénévolement au sein de l’association Calais Photos Nostalgie, nous pouvons découvrir l’intégralité de l’image kaléidoscopique de l’un des panneaux créés par Robert Bonfil. Ecoutons l’artiste, interviewé par Nord Littoral le 3 octobre 1964, nous la commenter : « Au centre gauche, la figuration portuaire comporte un chalutier, un bateau et une barque. Au-dessus, une plage de sable évoque la station balnéaire. Les lignes de la composition convergent vers le haut comme pour prolonger les proues des navires. Le mouvement est appuyé par l’envol de la « Cage à poule » de Blériot rappelant sa première traversée en 1909. Cette idée de flèche est symbole de mouvement, de progrès, qui, par contraste, nous découvre les Six Bourgeois comme la page tournée d’un livre. La bannière anglaise est le rappel de l’occupation et de la guerre de Cent ans ». Un condensé d’histoire du Calaisis plein
d’optimisme et tourné vers l’avenir !
MAGALI DOMAIN

Réagir


  • CAPTCHA

Notre association

Vidéos

Calais d'autrefois

Histoire du mois

Résistants, Fusillés et Déportés

La presse en parle

Liens

Galerie photos (247)

Livre d'or

  • Dernier message :

  • felicitations pour toutes vos expos qui sont toutes magifiques mes amitiés depuis le bas de la France pascal ps à quand une rue,une place ou un giratoire GEORGES ALLO à CALAIS ??? j'ai écrit au...

    par pascal cape
  • Aller sur le livre d'or →

Calendrier

« Février 2018 »
Lu Ma Me Je Ve Sa Di
1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728